Translate

lunes, 16 de enero de 2017

Un homme d'État doit concilier trois qualités: une vision de l'histoire, le sens du bien commun et le courage personnel.


Un homme d'État doit concilier trois qualités



A l'occasion de la sortie de son livre, Les parias de la République, Maxime Tandonnet a accordé un entretien fleuve au FigaroVox

Extrait :

"Un homme d'État doit concilier trois qualités: une vision de l'histoire, le sens du bien commun et le courage personnel. Ils sont très peu nombreux à avoir durablement émergé dans l'histoire politique française. En effet, en raison de leur supériorité, ils sont rapidement pris en chasse par le marais et réduits au silence avant d'être lapidés. Le véritable homme d'État est un paria en puissance. [...]

[L]a lecture des livres de René Girard, notamment La violence et le sacré et Les choses cachées depuis la fondation du monde m'a inspiré l'idée de cet ouvrage sur les parias de la République. Sa grille de lecture peut s'appliquer à l'histoire politique française: la quête d'un bouc émissaire, victime expiatoire de la violence collective, et son lynchage par lequel la société politique retrouve son unité. Le cas d'Édith Cresson est intéressant à cet égard. Quand on lit la presse de l'époque, quand on replonge dans les actualités du début des années 1990, la violence, la férocité de son lynchage nous apparaissent comme sidérantes. On a beaucoup parlé de ses maladresses, provocations et fautes de communication qui furent réelles. Mais l'acharnement contre elle, les insultes, la caricature, la diffamation contre une femme Premier ministre qui prenait une place convoitée par des hommes, a atteint des proportions vertigineuses. On en a oublié des aspects positifs de sa politique: le rejet des 35 heures, la promotion de l'apprentissage, des privatisations et de la politique industrielle, la volonté de maîtriser les frontières. Elle fut vraiment une femme lynchée. Et sur ce sacrifice, les politiques de son camp ont tenté de se refaire une cohésion. Sans succès. Encore aujourd'hui, je constate à quel point elle fut haïe. Des personnalités de droite ou de gauche m'ont vivement reproché de tenter de la «réhabiliter» parmi mes parias! De fait, je ne cherche pas à la réhabiliter et ne cache rien de ses erreurs, mais je mets le doigt sur un épisode qui n'est pas à l'honneur de la classe politique française. La violence est certes inhérente à la république dès lors que la république suppose une concurrence pour les postes, les mandats, les honneurs. Cette violence devrait être tempérée par la morale, le sens de l'honneur, du respect des autres, par les valeurs au sens du duc de Broglie. Elle ne l'a pas été à l'égard d'Édith Cresson. Elle l'est de moins en moins aujourd'hui, comme en témoigne la multiplication des lynchages politico-médiatiques à tout propos.

.............

Lire la suite: lesalonbeige.blogs.com


Maxime Tandonnet : «La classe politique est en quête permanente d'un bouc émissaire»

Par Alexis Feertchak



Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, haut-fonctionnaire, Maxime Tandonnet décrypte chaque semaine l'exercice de l'État pour le FigaroVox. Auteur de nombreux ouvrages, dont Histoire des présidents de la République (éd. Perrin, 2013) et Au cœur du Volcan, carnet de l'Élysée (éd. Flammarion, 2014), il vient de publier Les parias de la République (éd. Perrin, 2017). Découvrez également ses chroniques sur son blog.


A l'occasion de la sortie de son livre, Les parias de la République, Maxime Tandonnet a accordé un entretien fleuve au FigaroVox. L'auteur décrit plus d'un siècle de vie républicaine où une violence collective imméritée s'abat parfois sur certains hommes d'État.

FIGAROVOX. - Votre dernier ouvrage, Les parias de la République, dresse le portrait de huit parias de la République, personnages politiques haut en couleur devenus pestiférés, rejetés de tous, diabolisés. Quel est leur rôle dans l'histoire?

Maxime TANDONNET. - Les huit parias de la République sont des hommes et des femmes qui ont tous pris une part active au gouvernement du pays. Ce ne sont pas de simples trublions ou provocateurs qui se seraient contentés de paroles et de protestations ou de démagogie. Ils ont été confrontés à la réalité du pouvoir et aux responsabilités. Ils furent présidents du Conseil, Premier ministre, président de la République pour l'un d'eux, ou bien un ministre essentiel. Ils ont été des décideurs, des gouvernants, de hauts dirigeants, animés de convictions ou d'une volonté politique forte. Cependant, du fait de leur intelligence, de leur culture, de leur volontarisme et de leur attachement au bien commun, ils n'ont pas été compris par les élites, la classe politique de leur temps. Donc, ils ont été rejetés, diabolisés, maudits à leur époque. Mais ce qui m'a le plus sidéré, c'est la poursuite de leur statut de pestiférés dans le temps. Malgré les aspects positifs de leur action, leur image reste maudite des décennies ou des siècles plus tard. Cette injustice souligne la vanité de toute prétention à laisser «sa trace dans l'histoire».

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada