Translate

lunes, 24 de julio de 2017

America’s cold civil war has been heating up. It was only a matter of time until it started turning violent.


Statism’s Violent Wages

by ANGELO M. CODEVILLA


Predictably, our politics and public life have become meaner, uglier, and now violent. How do we get back what has been lost?

America’s cold civil war has been heating up. It was only a matter of time until it started turning violent. In a country where major corporations sponsor the theatrical murder of the President because they so dislike his policies, where millions are led to cheer a mockup of his bloody severed head, where authoritative figures excoriate Republicans as criminals against the environment, accuse their policies of being genocidal, and them as racists, etc. one need not wonder that a hyper-partisan shot up the targets of officious opprobrium while they were playing baseball.

This has been a long time coming. Immediately, it will call forth more of the fortress mentality and behavior that has been tightening its grip on America for more than a generation. In the longer term, unless we start eliminating the real, lively, reasons why Americans increasingly regard each other as enemies, this civil war will turn much, much hotter.

It was not always so. While America was fighting Germany and Japan — no strangers to dirty tricks — the Houses of Congress were open to all. Politicians and officials walked the streets unafraid. Within living memory, Harry Truman took walks on Pennsylvania Avenue. Throughout the Cold War against the Soviet Union that did its monumental best to subvert us, all assumed, correctly, that ordinary Americans’ natural law abiding-ness and vigilance would ensure elementary safety. Alexis de Tocqueville had described the world’s safest country because, in America, “the criminal is every man’s enemy” — because, in that America, there was no distinction between the people and the government.

By 9/11, because this was no longer so, the U.S government reacted by wrapping itself in razor wire. Notables got security details. The government no longer trusted the people, and the people no longer trusted the government. Increasingly, they did not trust one another. People began walking around armed, as in the wild West.

The distance between the government — state and local, but especially federal — and the people, as well as ordinary people’s distrust and enmity toward one another, are the necessary, inescapable, result of 1) government having taken on, not to say usurped, outsized powers over individuals’ lives; 2) having divided the people into groups to which politicians offer the favors they think these groups want, not least among which is the denigration of other groups.

Government nowadays tells you how your children will be educated. You have almost no way of objecting. Object too hard, and you’re in trouble. That goes for any number of regulations, including how much water you can have in your shower, what health care you may have at what cost. Your business, or the one for which you work, must function by rules you can’t do anything about. Will you be able to retire? That depends on the government. Which party controls the White House, Congress, or the State House may or may not make a difference. But the politicians tell us that these are life and death choices for us and that the other side is only waiting for the chance to hurt us. With so much at stake, why not believe them? Why not act?

.............



domingo, 23 de julio de 2017

La declaración Land O'Lakes afirmó la independencia de las instituciones educativas católicas frente a la autoridad de la jerarquía eclesiástica.


A 50 AÑOS DE LA POLÉMICA DECLARACIÓN LAND O'LAKES

Sociedad Cardenal Newman llama a restaurar la identidad católica de universidades en EEUU

Gaudium Press/InfoCatólica

Un llamado a la restauración del ideal de la universidad católica fue hecho por la Sociedad Cardenal Newman, dedicada a la promoción de la educación católica en Estados Unidos, con motivo de los 50 años de la polémica declaración Land O'Lakes, un documento que afirmó la independencia de las instituciones educativas católicas frente a la autoridad de la jerarquía eclesiástica.


La Sociedad Cardenal Newman publicó una serie de artículos sobre cómo corregir los males acarreados por esta posición, entre los cuales figura uno escrito por el Obispo de Green Bay, Mons. David L. Ricken, cuando servía como Obispo de Cheyenne y presidió la fundación del Wyoming Catholic College.
La universidad católica es un espacio de fomento, vivencia y práctica de la fe. El prelado comparó los efectos de la polémica declaración con los de la herejía y el cisma y lamentó la separación de las instituciones firmantes de la autoridad doctrinal y jerárquica de la Iglesia y el establecimiento «de su propio magisterio» en el cual la ortodoxia fue sustituida con una «conformidad con lo “moderno”» y se abrazó el modelo de la universidad secular con su supuesta libertad académica sin inhibiciones.
«Las consecuencias de este compromiso con el movimiento modernista son legión», alertó el Obispo: «separación de fe y razón, pérdida de la identidad católica, el reino de la ideología secular, el establecimiento del relativismo moral como la piedra angular de la verdad y la pérdida de una herencia académica honorable arraigada en la sabiduría de siglos».
Ante esta realidad, Mons. Ricken propuso de nuevo el ideal de la educación planteado por la Iglesia en documentos como la Constitución Apostólica Ex Corde Ecclesiae de San Juan Pablo II y el Discurso a los Educadores Católicos de Benedicto XVI. La Constitución Apostólica expone el cultivo de la alegría de aprender y la promoción del pensamiento como herramienta de servicio. La universidad católica «se distingue por su libre búsqueda de la verdad íntegra sobre la naturaleza, el hombre y Dios» y se dedica «a la investigación de todos los aspectos de la verdad en su conexión esencial con la Suprema Verdad, que es Dios». Por este motivo la fe católica no censura la búsqueda del conocimiento, sino que la encamina a valorar los aspectos morales, espirituales y religiosos de la misma, y pone los métodos de la ciencia «en la perspectiva de la persona humana».
La visión del ideal de la universidad católica comprende muchos otros aspectos además del académico e investigativo, el cual debe incluir la Teología como una ciencia de pleno derecho que ilumina el conocimiento. «Una de las marcas de la educación católica auténtica es la cultura o el entorno que crea», comentó el Obispo. «En el entorno o atmósfera adecuados, un crecimiento natural y vigoroso se produce ya sea la vida de una planta, un animal o un ser humano. Por esta razón Benedicto XVI cuestionaba a los educadores: “¿Es tangible la fe en nuestras universidades y escuelas?¿Se le da una expresión ferviente litúrgica y sacramentalmente a través de la oración, los actos de caridad, la preocupación por la justicia y el respeto por la creación de Dios?”. Expresiones de una cultura católica se pueden apreciar en la vestimenta de los estudiantes, la afabilidad en el trato, la presencia de la doctrina católica y la teología en el currículo y la defensa de los ideales más nobles, así como un balance de la vida que incluye la oración y el descanso debidos en medio de la actividad».
«Las universidades católicas de buena fe manifiestan signos que introducen a los estudiantes en una mundo que irradia pureza, caridad, alegría y admiración», expuso el prelado, «lo que los griegos llamaban el arte de vivir bien, como opuesto a simplemente vivir, subsistir o ganarse la vida». La identidad católica de la educación no se limita a las estadísticas, ni únicamente a la ortodoxia de los contenidos, según advirtió Benedicto XVI. La vida diaria de una universidad católica incluye, según Mons. Ricken, la oración, el aprender, la convivencia, la caridad, el servicio, la Eucaristía diaria, el estudio de los clásicos, la alegría de aprender por interés propio, la amistad, el civismo y la hospitalidad. El centro educativo se asemeja por tanto a un hogar, lleno de vida y participación. El prelado complementó su análisis con la continuidad de los conocimientos actuales con la tradición y bagaje cultural cristiano. Finalmente, la calidad de la educación católica debe evaluarse según el criterio del Evangelio: «Por sus frutos los conoceréis».

Declaración Land O´Lakes (texto completo en .pdf)

THE LAND O'LAKES STATEMENT: THE NATURE OF THE CONTEMPORARY CATHOLIC UNIVERSITY

 1. The Catholic university: A true university with distinctive characteristics ...

Le 23 juillet 1951 : mort du Maréchal Philippe Pétain, homme d'État






Le 23 juillet 1945 : ouverture du procès du maréchal Pétain.

Trois mois se sont écoulés depuis son retour en France. Le vieil homme, qui a bientôt 90 ans, est accusé « d'attentat contre la sûreté intérieure de l'État et d'intelligence avec l'ennemi, en vue de favoriser ses entreprises en corrélation avec les siennes. »

L'ancien président du conseil Reynaud sans aucune honte ose l'accuser : «d'avoir fomenté un complot en 1940 pour "trahir la France". »Lui qui avec tous ces comparses ont désarmé le pays et l'ont livré à l'ennemi, fuyant lâchement devant l'avancée des troupes allemandes !

L'accusé est introduit vers 13 h 30, il porte l'uniforme avec pour seule décoration la médaille militaire. Contrairement aux usages, il n'est pas précédé d'un officier, mais seulement d'un sous-officier de la garde républicaine. La salle pleine à craquer. Les jurés, les témoins, les journalistes, l'assistance entassée sur des bancs et des gradins forment une masse compacte qui d'un seul homme se lève à la vue du Maréchal.

Alors que la parole lui est enfin donnée, Philippe Pétain se lève, «aucun tic du visage, aucun tremblement des mains, son impassibilité garde de l'allure» note l'écrivain Jean Schlumberger, il commence la lecture d'une déclaration rédigée. D'une voix ferme, le vainqueur de Verdun commence par s'en prendre au tribunal et à la légitimité de la Cour :

«C'est le peuple français qui, par ses représentants réunis en Assemblée nationale le 10 juillet 1940, m'a confié le pouvoir, c'est à lui que je suis venu rendre des comptes.
La Haute Cour, telle qu'elle est constituée, ne représente pas le peuple français, et c'est à lui seul que s'adresse le Maréchal de France, chef de l'État »
Je ne ferai pas d'autre déclaration. Je ne répondrai à aucune question.» Mes défenseurs ont reçu de moi la mission de répondre à des accusations qui veulent me salir et n'atteignent que ceux qui les profèrent.
J'ai passé ma vie au service de la France. Aujourd'hui, âgé de près 90 ans, jeté en prison, je veux continuer à la servir, en m'adressant à elle une fois encore. Qu'elle se souvienne ! J'ai mené ses armées à la victoire en 1918. Puis, alors que j'avais mérité le repos, je n'ai cessé de me consacrer à elle.
J'ai répondu à tous ses appels, quels que fussent mon âge et ma fatigue. Le jour le plus tragique de son Histoire, c'est encore vers moi qu'elle s'est tournée.
Je ne demandais rien, je ne désirais rien. On m'a supplié de venir : je suis venu. Je devenais ainsi l'héritier d'une catastrophe dont je n'étais pas l'auteur. Les vrais responsables s'abritaient derrière moi pour écarter la colère du peuple.
Lorsque j'ai demandé l'armistice, d'accord avec nos chefs militaires, j'ai rempli un acte nécessaire et sauveur.
Oui, l'armistice a sauvé la France et contribué à la victoire des Alliés en assurant une Méditerranée libre et l'intégrité de l'Empire.
Le pouvoir m'a été confié et légitimement reconnu par tous les pays du monde, du Saint-Siège à l'U.R.S.S. De ce pouvoir, j'ai usé comme d'un bouclier pour protéger le peuple français. Pour lui, je suis allé jusqu'à sacrifier à mon prestige. Je suis demeuré à la tête d'un pays sous l'occupation.
Voudra-t-on comprendre la difficulté de gouverner dans de telles conditions ? Chaque jour, un poignard sur la gorge, j'ai lutté contre les exigences de l'ennemi. L'Histoire dira tout ce que je vous ai évité, quand mes adversaires ne pensent qu'à me reprocher l'inévitable.
L'occupation m'obligeait à ménager l'ennemi, mais je ne le ménageais que pour vous ménager vous-mêmes, en attendant que le territoire soit libéré.
L'occupation m'obligeait aussi, contre mon gré et contre mon cœur, à tenir des propos, à accomplir certains actes dont j'ai souffert plus que vous, mais devant les exigences de l'ennemi, je n'ai rien abandonné d'essentiel à l'existence de la patrie.
Au contraire, pendant quatre années, par mon action, j'ai maintenu la France, j'ai assuré aux Français la vie et le pain, j'ai assuré à nos prisonniers le soutien de la Nation.
Que ceux qui m'accusent et prétendent me juger s'interrogent du fond de leur conscience pour savoir ce que, sans moi, ils seraient peut-être devenus. *
Pendant que le Général De Gaulle, hors de nos frontières, poursuivait la lutte, j'ai préparé les voies de la libération, en conservant une France douloureuse mais vivante.
A quoi, en effet, eût-il servi de libérer des ruines et des cimetières ?
C'est l'ennemi seul qui, par sa présence sur notre sol envahi, a porté atteinte à nos libertés et s'opposait à notre volonté de relèvement.
J'ai réalisé, pourtant, des institutions nouvelles ; la Constitution que j'avais reçu mandat de présenter était prête, mais je ne pouvais la promulguer.
Malgré d'immenses difficultés, aucun pouvoir n'a, plus que le mien, honoré la famille et, pour empêcher la lutte des classes, cherché à garantir les conditions du travail à l'usine et à la terre.
La France libérée peut changer les mots et les vocables. Elle construit, mais elle ne pourra construire utilement que sur les bases que j'ai jetées.
C'est à de tels exemples que se reconnaît, en dépit des haines partisanes, la continuité de la Patrie. Nul n'a le droit de l'interrompre.
Pour ma part, je n'ai pensé qu'à l'union et à la réconciliation des Français. Je vous l'ai dit encore le jour où les Allemands m'emmenaient prisonnier parce qu'ils me reprochaient de n'avoir cessé de les combattre et de ruiner leurs efforts.
Je sais qu'en ce moment, si certains ont oublié, depuis que je n'exerce plus le pouvoir, ce qu'ils ont dit, écrit ou fait.
Des millions de Français pensent à moi, qui m'ont accordé leur confiance et me gardent leur fidélité.
Ce n'est point à ma personne que vont l'une et l'autre, mais pour eux comme pour bien d'autres, à travers le monde, je représente une tradition qui est celle de la civilisation française et chrétienne, face aux excès de toutes les tyrannies.
En me condamnant, ce sont des millions d'hommes que vous condamnerez dans leur espérance et leur foi. Ainsi, vous aggraverez ou vous prolongerez la discorde de la France, alors qu'elle a besoin de se retrouver et de s'aimer pour reprendre la place qu'elle tenait autrefois parmi les nations.
Mais ma vie m'importe peu. J'ai fait à la France le don de ma personne. C'est à cette minute suprême que mon sacrifice ne doit plus être mis en doute.
Si vous deviez me condamner, que ma condamnation soit la dernière et qu'aucun Français ne soit plus jamais détenu pour avoir obéi aux ordres de son chef légitime.
Mais, je vous le dis à la face du monde, vous condamneriez un innocent en croyant parler au nom de la justice et c'est un innocent qui en porterait le poids, car un Maréchal de France ne demande de grâce à personne.
A votre jugement répondront celui de Dieu et celui de la postérité. Ils suffiront à ma conscience et à ma mémoire.
Je m'en remets à la France ! »

Tiré du livre Message d'outre-tombe du Maréchal Pétain : Textes officiels, ignorés ou méconnus, consignes secrètes (Aux Nouvelles Editions Latines. Pages 272, 273, 274,275.) rédigé par Philippe Pétain, Monique Paillard,Jean Paillard.


La confusion des débats et telle, qu'elle ne permet pas de lever le voile sur les vraies responsabilités entre le maréchal et les institutions de la IIIème République. Philippe Pétain est condamné à mort le 15 août, radié de l'Académie française, laquelle n'élit personne jusqu'à sa mort, et démuni de tous ses biens. De Gaulle lui accorde la grâce présidentielle et commue sa peine en détention à perpétuité. Incarcéré sur l'île d'Yeu, il y meurt six ans plus tard. Voir la chronique du 15 août.


Le 23 juillet 1951 : mort du Maréchal Philippe Pétain, homme d'État.

C'est le plus vieux détenu du monde qui meurt. Il a 96 ans ; 6 ans, jour pour jour après son procès. Le 11 avril 1951, le colonel REMY, chef et créateur du réseau de résistance « Réseau Notre Dame » écrit dans l'hebdomadaire « Carrefour » un article où sous le titre :
« la justice ou l'opprobre »
Il s'élève contre le maintien en forteresse du Maréchal dans des conditions honteuses et inhumaines. Le colonel REMY a, par ailleurs, adhéré à l'Association pour la défense du maréchal Pétain, afin que justice lui soit rendue.
A 9h22, après cinq jours d'agonie, le maréchal Pétain a cessé de vivre; le médecin-capitaine Maître annonce à la Maréchale le décès de son mari en prononçant ces quelques mots : « Madame, le Maréchal de France n'est plus ».
Le Maréchal est revêtu de son uniforme portant une seule décoration, la Médaille Militaire. La dignité de Maréchal de France sera inscrite sur les actes de l'état civil. La Maréchale reçoit, le jour même, plusieurs milliers de messages de condoléances dont ceux de la Maréchale Joffre et du général Juin.

sábado, 22 de julio de 2017

"Erasmus Plus", il programma dell'Unione europea 2014-2020, finanzia la "queerizzazione" dell'Europa con il progetto "QueerEUrope 2017"

Header

ULTIME NOTIZIE - Bollettino n. del 22 luglio 2017

L'ex presidente dell'Ordine dei medici del Portogallo nuova vittima del "gender diktat" ?
L'ex presidente dell'Ordine dei medici del Portogallo:
L'ex presidente dell'Ordine dei medici del Portogallo, chirurgo plastico e pediatrico, Antonio Gentil Martins in una recente intervista rilasciata a Expresso, ha tuonato contro l'omosessualità e la maternità surrogata, finendo immediatamente nel tritacarne LGBT+.
   
Madrid: il Colegio Escandinavo educa i suoi allievi all'indifferenza di genere
Obiettivo primario del piano di "normalizzazione" dell'omosessualità e di ogni tendenza sessuale, si sa, sono le scuole. In questa prospettiva, sono sempre di più, nel mondo, gli istituti scolastici di ogni ordine e grado che promuovono programmi ad hoc per favorire l'inclusione degli studenti e delle studentesse transgender.
   
Il comune di Rimini aderisce a RE.A.DY, la rete di propaganda LGBT+
Rete nazionale delle Amministrazioni Pubbliche. Anti Discriminazioni per Orientamento Sessuale e Identità di Genere. a cura della Segreteria nazionale. Città di Torino – Servizio LGBT. Gennaio Questa presentazione intende illustrare le finalità e le azioni della rete RE.A.DY, la Rete nazionale delle Amministrazioni Pubbliche Anti Discriminazioni per Orientamento Sessuale e Identità di Genere. 1.
A pochi giorni dal Gay Pride cittadino del 29 luglio anche il comune di Rimini annuncia di aver aderito a RE.A.DY la "Rete Nazionale delle Pubbliche Amministrazioni Anti Discriminazioni per orientamento sessuale e identità di genere".
   
Il lassismo anni '70 è al potere nella Chiesa
Christine Vollmer
Ho letto con grande interesse un appassionato intervento di Christine Vollmer su The Catholic Thing, in tema di morale, omosessualità abusi, e, soprattutto, l'insegnamento della Chiesa. Una disamina lucida ed efficace, in un momento in cui i vescovi (vedi il caso di don Pusceddu a Cagliari) puniscono i sacerdoti se citano le parole di San Paolo […]
   
"Erasmus Plus" finanzia la "queerizzazione" dell'Europa con il progetto "QueerEUrope 2017"
Erasmus Plus, il programma dell'Unione europea 2014-2020 per l'Istruzione, la Formazione, la Gioventù e lo Sport, finanzia la queerizzazione dell'Europa con il progetto dal titolo inequivocabile QueerEUrope 2017.
   
Gaystapo violenta contro i genitori in Cile
La Gaystapo ha dato per l'ennesima volta prova della sua violenta intolleranza verso quanti non si piegano ai dogmi della dittatura LGBT.
   





VISITA IL NOSTRO SITO WEB: Osservatoriogender.it

Venezuela: il ne reste aucun principe, de ceux brandis autrefois par la gauche radicale, qu’elle n’ait trahi et adultéré.

L'actualité du jour sur Contrepoints

Pourquoi les entrepreneurs français s’expatrient

Par Éric Verhaeghe


Selon Rexecode, la France perd chaque année 1.200 contribuables, dont 700 seraient des jeunes.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike Pourquoi les entrepreneurs français s’expatrient on Facebook

La passivité criminelle de la gauche castrochaviste

Par Fabio Rafael Fiallo


Face aux violations des droits humains commises par les régimes en place à Cuba et au Venezuela, force est de constater qu’il ne reste aucun principe, de ceux brandis autrefois par la gauche radicale, qu’elle n’ait trahi et adultéré.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike La passivité criminelle de la gauche castrochaviste on Facebook

La moralisation de la vie publique au-delà de la 

politique

Par Auteur invité


Projet prioritaire d'Emmanuel Macron depuis son élection, la loi sur la moralisation de la vie publique a été adoptée dans la douleur par le Sénat, à la veille du week-end du 14 juillet.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike La moralisation de la vie publique au-delà de la politique on Facebook

L’Allemagne peut nous sortir du casse-tête 

budgétaire

Par Yves Montenay


La France supporte seule le coût des opérations de protection de l’Europe. Il est grand temps que l’Allemagne y contribue, l’idéal serait même l’Union Européenne, mais il lui faudra des années pour se décider !

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike L’Allemagne peut nous sortir du casse-tête budgétaire on Facebook

Peter Boettke, le visage moderne de l’école 

autrichienne d’économie

Par Jasmin Guénette


Professeur d'économie et de philosophie à la réputée Université George Mason, Peter Boettke mélange l'économie autrichienne avec d'autres écoles de pensées, par exemple celle des choix publics et celle de l'économie institutionnelle.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike Peter Boettke, le visage moderne de l’école autrichienne d’économie on Facebook

Le Rif marocain face à la monarchie, la France et 

l’Europe aussi

Par Farhat Othman


Le Maroc est secoué depuis un temps par des troubles au Rif dont la gravité ne doit pas être sous-estimée. Ils pourraient n'être que la répétition d'une nouvelle guerre du Rif mettant en péril les intérêts stratégiques de la rive nord de la Méditerranée.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike Le Rif marocain face à la monarchie, la France et l’Europe aussi on Facebook

Lituanie : le dilemme de la sécurité énergétique

Par Auteur invité


L'un des pays pour lesquels la question de la sécurité énergétique se pose gravement est la Lituanie.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike Lituanie : le dilemme de la sécurité énergétique on Facebook

L’État islamique pris aux mots, de Myriam Benraad

Par Johan Rivalland


Présentation d’un petit ouvrage intéressant sur le détournement du vocabulaire, au service de la haine et de la destruction.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike L’État islamique pris aux mots, de Myriam Benraad on Facebook

Front national : un programme économique 

d’extrême gauche

Par Frédéric Gardel


Le programme économique du Front national est-il sérieux ?

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike Front national : un programme économique d’extrême gauche on Facebook

Qui osera libérer les agriculteurs français ?

Par Emmanuel Martin


A l'heure des Etats généraux de l'alimentation, il est temps de faire un choix pour l’agriculture française : celui de l’entreprise et non plus de la quasi-administration.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike Qui osera libérer les agriculteurs français ? on Facebook

Le problème du nouveau portrait du président

Par René Le Honzec


Le regard de René Le Honzec.

 
Lire l'article sur Contrepoints
share on TwitterLike Le problème du nouveau portrait du président on Facebook

Autres articles

Intelligence Artificielle, Inexorable Armageddon ?
Pour Macron, le retour sur terre est douloureux
Ouvrons l’aide médicale à la procréation à l’initiative privée !
La grande vitesse ferroviaire est-elle soutenable économiquement ?
Huile de palme : l’engagement-test de la France pour la science