Translate

sábado, 11 de febrero de 2017

La mise en "alerte maximale" des forces militaires russes



Vladimir Poutine ordonne à son armée de l’air de se préparer à la guerre : qu’a-t-il en tête ?

avec Roland Lombardi


Vladimir Poutine a demandé à l'armée de l'air Russe de se tenir prête pour une guerre. L’agressivité de cette annonce est probablement un effet d'annonce de la part du Président Russe, cependant cela reste une menace à prendre au sérieux.


Atlantico : Vladimir Poutine a ordonné à l’armée aérienne Russe de se préparer pour un “temps de guerre”, selon-vous quelle est la stratégie derrière cette annonce ? Pourquoi dit-il cela maintenant ?



Roland Lombardi : Cette dernière déclaration de Vladimir Poutine et la mise en "alerte maximale" des forces militaires russes interviennent dans un contexte particulier, à savoir un regain de tension dans le Donbass en Ukraine.

Pour le Président russe, c’est clairement un message d’avertissement en direction du Président ukrainien Porochenko mais aussi de l’OTAN et bien sûr des Etats-Unis.

Il faut aussi rappeler, qu’il y a un mois, juste avant que Barack Obama ne quitte la Maison Blanche, la tension dans les relations américano-russes s’était accentuée lorsque l’ancien président américain avait expulsé 35 diplomates russes soupçonnés d’espionnage (sans représailles de la part de Moscou) et surtout, lors d’un des plus vastes déploiements de troupes américaines en Europe depuis la fin de la Guerre Froide. En effet, dans le cadre de l’opération nommée "Atlantic Resolve", des chars américains avaient franchi la frontière germano-polonaise le 12 janvier. Ainsi, une brigade américaine de près de 4 000 hommes, 87 chars et une centaine de véhicules blindés avait été déployée début janvier. Cette unité effectua alors des manœuvres à la frontière russe et des rotations étaient prévues entre les territoires polonais, lituanien, estonien et hongrois. Pour Washington, ces "opérations" s’inscrivaient dans une stricte mesure de "dissuasion et de défense" face "aux activités russes en Ukraine". Mais celles-ci mettaient tout de même sous pression les forces russes, tout en encerclant la Russie sur son flanc ouest. Par ailleurs, d’autres exercices de l’OTAN (prévus de longue date, avant l’arrivée de Trump) ont lieu en ce moment, depuis le 1er février, en mer Noire… Ce n’est donc pas étonnant que la Russie se sente alors "agressée" et montre elle aussi ses muscles… C’est le jeu.


........

Lire la suite: www.atlantico.fr

No hay comentarios:

Publicar un comentario en la entrada